Pour la rentrée, inaugurons un mur des consécrations !

  • Post Author:
  • Post Category:En bref

Barbara HUGHES écrit : “Une amie m’a raconté que lorsqu’elle étudiait à l’université aux US, il circulait des autocollants de pare-chocs sur lesquels était inscrit : “Jésus-Christ, oui ; l’Eglise, non !”. Bien que ces autocollants n’existent plus depuis longtemps, ce sentiment s’est peu à peu transformé en attitude : “Jésus-Christ, oui  ;  l’Eglise quand j’en ai besoin et selon mes termes.”

L’assistance à l’Eglise est infectée d’un malaise que nous pourrions qualifier de “fidélité conditionnelle” et qui a produit une armée “d’auto-stoppeurs religieux”.    Le pouce levé de l’auto-stoppeur déclare : “Tu achètes la voiture, tu paies les réparations, l’entretien et l’assurance, tu remplis le réservoir d’essence, et je monte avec toi. Mais si tu as un accident, tu te débroui#es tout seul ! Et je vais probablement te poursuivre en justice”.

Il en va de même pour les règles qui régissent la conduite de plusieurs assistants de l’Eglise aujourd’hui : “Vous allez aux réunions, vous siégez au conseil et aux comités, vous affrontez les difficultés, faites le travail requis et payez les factures, et je monte avec vous. Mais si les choses ne vont plus comme je veux, je vais critiquer, me plaindre et vraisemblablement abandonner ; mon pouce est toujours prêt à chercher une meilleure occasion”.

Cette supposée fidélité est soutenue par l’esprit de la société de consommation – une mentalité “McChrétienne” – qui fait la difficile, pour finalement choisir ici et là afin de remplir sa liste d’achats religieux.

Ces “McChrétiens” utilisent un vocabulaire révélateur : “je vais à… J’assiste à…” mais jamais “J’appartiens à… ou je suis membre de…” (“Femme de Dieu exerce-toi à la piété” – Ed SEMBEQ 2009, pp.155-156)

Alors que la rentrée scolaire – et par conséquent celle de l’Eglise ! – est là, appliquons nous plutôt à bâtir ensemble une communauté stable et solide pour la gloire de Dieu. Une Eglise selon le coeur de Dieu ce n’est pas un local plein le dimanche matin, c’est un ensemble de chrétiens impliqués, solidaires, qui grandissent ensemble en sorte de porter plus loin le flambeau de l’Evangile. Il y aura parfois des moments difficiles, mais le mur devant lequel nous voulons prier n’en est pas un des lamentations, mais des consécrations. Si tu veux en savoir plus, rendez-vous dimanche 5 Septembre 2010 !       Serge GOUT

Télécharger : Planning Septembre 2010 (PDF)